Rejoingez la #TeamKendji

2014, l’année du phénomène Kendji

Kendji Girac

Presse

2014, l’année du phénomène Kendji

Il a 18 ans depuis le mois de juillet et 2014 l’a transformé en idole. À ce jour, il est en tête des ventes de disques en France, devant AC/DC, le tandem Souchon-Voulzy et même Johnny Hallyday.

Source :  sudouest.fr

Le 18 janvier, sur TF1, les Français font la connaissance de ce gamin qui est né à Périgueux, a grandi à Saint-Astier avant de s’installer avec ses parents sur l’aire des Gilets à Bergerac. Kendji Girac avait quitté l’école un an plus tôt, préférant devenir élagueur comme son père. Comme lui, mais aussi comme son grand-père Étienne, il a aussi appris à gratter la guitare enfant, tout seul. Un parcours similaire à bien des gamins de la communauté des gens du voyage.

Mais en août 2013, une vidéo filmée dans un champ par un proche, diffusée sur Youtube et sur Facebook va bouleverser sa vie. Son interprétation de « Bella », de Maître Gims, va être vue par 5 000 internautes, mais également par la production de TF1 qui le contacte pour participer à la troisième saison de « The Voice », ce télécrochet qui rassemble jusqu’à 10 millions de téléspectateurs le samedi soir. Il hésite et puis fonce. Il n’a rien à perdre.

Culture gitane revendiquée

Le 18 janvier, un seul des coaches de l’émission se retourne. C’est Mika. L’aventure ne s’arrêtera plus, Kendji mobilisant le vote du public, prime time après prime time. Sa belle gueule, son regard de velours et son sourire éblouissant font fondre les filles. Sa voix, toujours libérée, et son style gipsy assumé étonnent le jury et galvanisent la grande famille gitane, enthousiaste d’avoir trouvé un nouvel ambassadeur.

Le 10 mai, il remporte la finale avec 51 % des votes du public et gagne son premier enregistrement chez Universal Music.

Une semaine plus tard, et avant la tournée des meilleures voix de « The Voice », il revient au pays, à Bergerac, précisément où 5 000 spectateurs l’attendent pour un mini-concert. Seul sur scène, avec sa guitare, il enflamme la foule. Mais ce n’est que le premier épisode d’une success-story qui dure encore aujourd’hui.

Chez Kendji, la gloire ne semble pas vouloir rimer avec feu de paille. Son premier single « Color Gitano » allume les soirées d’été, puis son premier album, sorti chez Mercury le 8 septembre, vide les bacs et devient triple disque de platine. Son deuxième single « Andalouse » est aujourd’hui bien parti et occupe la quatrième place du Top des singles français.

Les moqueurs de son côté

Mieux, Kendji a remporté le 13 décembre deux prix aux NRJ Music Awards, celui de la chanson francophone avec « Color Gitano » et celui de la révélation. À ceux qui tenteraient encore d’assimiler Kendji à un simple produit marketing, certaines stars de la chanson, à l’image d’Aznavour ou d’Hallyday, répliquent en apportant leur soutien à ce jeune talent qui se définit bel et bien comme un artiste. Interprète de « La Bohème » ou chantant « Marie » en duo avec Johnny, il ne recule devant aucun défi.

Certes, sous contrat avec Mercury pour deux ans, Kendji ne peut pas tout se permettre. Mais il n’a cependant rien d’une marionnette formatée. Invité des plateaux télé réputés délicats comme « On n’est pas couché » ou « Le Grand Journal », il apparaît décontracté et spontané, réussit à séduire et à faire rire. Et même à mettre les moqueurs de son côté grâce à son humilité, sa gentillesse, sa fraîcheur et sa personnalité solaire.

Pour l’heure, rien ne semble faire oublier à Kendji d’où il vient. Bien au contraire. « C’est toujours le même. Il ne prend pas l’air d’un artiste », lâche un de ses proches.

2015 s’annonce intense

Dès qu’il le peut, il passe en Dordogne. Il est d’ailleurs venu à Saint-Astier juste avant Noël, partant ensuite en famille au ski à La Mongie, dans les Pyrénées. Là-bas, malgré un casque et ses lunettes de soleil, beaucoup de gens l’ont reconnu. Et comme d’habitude, il a accepté de se laisser prendre en photo avec des fans, conscient de ce qu’il doit au public.

Alors qu’à ses débuts, ses parents craignaient que l’étiquette de gipsy ne le pénalise, Kendji en a toujours fait son atout et même une force. Il n’a pas peur d’affirmer au micro préférer la caravane aux grands hôtels. N’hésite pas à arrêter un journaliste parisien quand il ne comprend pas tel ou tel mot. En assumant ainsi son manque de vocabulaire, il rappelle à tous que le talent ne s’apprend pas à l’école et, qu’à 18 ans, la vie lui a en revanche déjà beaucoup enseigné.

Si 2014 a révélé Kendji, l’année 2015 s’annonce, elle aussi, intense. Avec une tournée qui débutera le 14 janvier pour s’achever le 5 août et qui le mènera notamment à La Cigale à Paris le 30 janvier, à Biarritz le 12 mars et à Talence, près de Bordeaux, le lendemain.

Kendji Girac fera aussi l’Olympia du 12 au 14 mai. De quoi permettre à ce jeune Périgourdin d’entraîner le public dans son univers musical, mais aussi de découvrir encore des facettes de ce milieu du showbiz, dont il ignorait tout il y a encore un an.

La TeamKendji relaye l’actualité professionnelle de Kendji et organise différents projets permettant de créer des liens entre Kendji et ses fans.

Commentaires

Plus sur Presse

Publicité

Les plus populaires

Les auteurs

L'agenda de Kendji

< 2017 >
Décembre
LMMJVSD
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Tout sur le prochain album

Suivez-nous sur Facebook

Haut